Inscrivez-vous et soyez informé des derniers articles publiés

Mon enfant me ment

Comme tous les enfants, le vôtre a fait une bêtise. Ce n’est pas bien grave en soi, mais vous vous apercevez avec stupeur qu’il vous ment ouvertement pour couvrir son acte.

Vous essayez alors d’en discuter avec lui et il vous dit en minaudant que c’est par peu de la sanction qu’il vous a menti… Vous n’avez pourtant pas la sensation d’être un parent si sévère… Vous vous sentez alors complètement démuni. Car le mensonge en lui-même est une bêtise qui mérite sanction… Mais s’il ment par crainte des sanctions, n’est-ce pas lui donner raison et l’entraîner dans un cercle vicieux ? De plus vous vous interrogez, car vous ne pouvez plus accorder de crédit à ses propos. S’il vous raconte qu’un grand l’agresse à l’école ou que la maîtresse l’a injustement grondé, que faire alors ? Il existe la solution d’essayer de lui faire prendre conscience des conséquences de son mensonge en lui faisant éprouver lui-même ce que l’on ressent lorsque quelqu’un lui ment. Par exemple, promettez-lui une sortie au parc. Il va être enchanté de cette idée et commencer à rêver de ce moment. Au moment d’y aller, dites-lui que vous n’irez pas au parc et que cette promesse était un mensonge. Il va alors se sentir blessé et éprouver une grosse colère. Une fois qu’il se sera calmé et sera en état de vous entendre, allez parler avec lui. Demandez-lui alors de mettre des mots sur ses émotions, de vous raconter ce qu’il ressent avec précision. Il va vous dire tout naturellement qu’une maman ne doit pas mentir, que vous lui avez fait mal. C’est alors qu’il va falloir le rassurer tout en expliquant. Vous allez insister sur le fait que c’est la première et la dernière fois que vous lui mentez. Continuez en disant que vous ressentez la même chose que lui lorsqu’il vous fait un gros mensonge. Que vous devez pouvoir lui faire confiance tout comme lui doit pouvoir vous accorder la sienne. Enchaînez alors sur l’histoire de Pierre et le loup pour finir. Et faites le parallèle en lui disant que si un jour il lui arrive quelque chose et que vous ne pouvez pas le croire sur parole, vous ne pourrez pas venir à son secours et que ce ne serait pas votre faute. Les enfants sont intelligents, la leçon devrait porter ses fruits !

1 commentaire:

  1. Je suis plutôt tolérante envers les enfants qui mentent, s'ils le font pour leur toute première fois. On comprend bien leurs peurs. Mais si cela devient une habitude, je ne suis plus du tout d' accord.

    RépondreSupprimer